in memoriam : JC PECKER

Un grand ami, fidèle et attentif, du Cercle Ernest Renan nous a quitté le 20 février 2020 : Jean-Claude PECKER, professeur émérite au Collège de France, à l’âge de 96 ans. Il s’est éteint le 20 février dernier en Vendée. Fils d’un père scientifique et d’une mère littéraire, ayant grandi entre Voltaire et Einstein, le Professeur Pecker alliait l’esprit de finesse à l’esprit de géométrie. Mais ses talents étaient multiples et son sens artistique certain. Du reste, encore adolescent, Jean-Claude fut lauréat du Concours Général de dessin.

Issu d”une famille juive, il entre à l’école normale supérieure en août 1942 dans une période très troublée. Il passe la fin de la guerre dans la clandestinité, tandis que ses parents sont déportés à Auschwitz où ils meurent. Après la guerre, il soutient une thèse en astrophysique théorique. Une collaboration qu’il va travailler d’arrache-pied avec son ami Evry Schatzman. En 1959, il publie d’ailleurs avec ce dernier une “astrophysique générale” qui est comme la bible d’une génération sur le sujet.

Jean-Claude Pecker se passionne pour les atmosphères stellaires et en particulier pour le soleil. Son objet d’étude privilégié. On peut dire qu’il est novateur non seulement par ce centre d’intérêt mais encore par la pédagogie pleine d’entrain qui est sienne. Il se fait également remarquer, encore trentenaire, en rédigeant, juste après le lancement du Spoutnik soviétique, un plan d’étude et de recherche pour l’astronomie française que l’on appelle le “programme de Versailles” travaillé avec son ami Jacques Blamont.

Jean-Claude est successivement maître de conférences à Clermont-Ferrand, ensuite astronome à l’Observatoire de Paris, avant de devenir directeur de l’observatoire de Nice, puis directeur de l’Institut d’astrophysique de Paris dans les années 1970. Dès 1964, âgé seulement de 41 ans, ce qui est jeune pour une telle charge et une telle dignité, le Professeur Pecker est élu à la prestigieuse chaire d’astrophysique théorique du Collège de France, qu’il occupe magistralement jusqu’à se retraite. Enfin, en 1969, il est élu correspondant de l’Académie des sciences, dont il devient en 1977 membre ordinaire.

Jean-Claude Pecker était un membre très assidu du Cercle Ernest Renan qui m’envoyait chaque année un petit mot amical, plein de soleil. Généreux et disponible, cet homme de raison était aussi un homme de cœur.

Dominique VIBRAC
Ancien Président du Cercle Ernest Renan

 

1 réflexion sur « in memoriam : JC PECKER »

  1. Passionné d’astronomie, je connaissais ( pas personnellement , hélas ) Jean-Claude Pecker comme président de la Société Astronomique de France, et je suivas attentivement ses publications. J’ignorais alors qu’il était aussi attentif à la Raison.
    Bien affecté par son décès.
    Mais quelle belle vie, et quel bel esprit.
    AH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *