Le Cercle Ernest Renan reçoit le pasteur Alain Houziaux

La prochaine conférence du Cercle Ernest Renan aura lieu en présentiel à Paris

le jeudi 9 décembre 2021 de 18 h à 20 h  sur le thème :

« Job et le problème du Mal »

par le Monsieur le Pasteur Alain Houziaux.

Les personnes intéressées par cette conférence et non membres du Cercle sont invitées à prendre contact en envoyant un courriel au Cercle Ernest Renan : ernest.renan91@gmail.com

L’épisode de Job se lamentant sur son tas de fumier est célèbre. Mais si de nombreux théologiens ont lu ce texte, rares sont ceux qui ont osé affronter les questions qu’il pose.

Alain Houziaux met les pieds dans le plat : pourquoi Job voit-il Dieu comme l’auteur du mal ? Quel sens donner au très énigmatique discours par lequel Dieu lui répond ? Et pourquoi Dieu fait-il l’éloge de créatures monstrueuses qui incarnent le tohu-bohu à l’oeuvre dans le monde ?

C’est à une lecture neuve et originale du célèbre texte biblique que nous sommes invités. On découvre ainsi que le Dieu du livre de Job n’est en rien celui du judaïsme classique ; plutôt un Dieu incompréhensible et déroutant qui ignore le bien et le mal. Un Dieu que Spinoza, Nietzsche et Simone Weil pourraient reconnaître.

Un Dieu finalement réjouissant, fortifiant et convaincant. Un Dieu pour aujourd’hui.

Alain Houziaux est philosophe, théologien et essayiste. Infatigable passeur, il a publié entre autres Les grandes énigmes du Credo, Ces questions qui inquiètent la foi, Ces péchés capitaux si capiteux, ou encore Le mythe d’Adam et Ève.

Armogathe ou le déni catho dans toute sa splendeur

Le Monde publie aujourd’hui 27 novembre 2021 un article intitulé Pédocriminalité dans l’Eglise : des membres de l’Académie catholique de France critiquent le rapport Sauvé. Le texte de l’Académie catholique constitue une tentative de démolition en règle de ce rapport par des théologiens et philosophes catholiques de renom. Petite anecdote : premier nom cité comme rédacteur de ce texte de l’Académie catholique, Jean-Robert Armogathe (qui entre autres a été aumônier de l’École Normale Supérieure) se trouve avoir rédigé l’article de l’Encyclopédia Universalis sur le cardinal Bellarmin. Rappelons que Bellarmin dirigea le procès de Giordano Bruno, brûlé vif en 1600, et qu’il a également participé au procès de Galilée. Or l’article sur Bellarmin de l’Encyclopédia Universalis, rédigé donc par  Jean-Robert Armogathe, ne citait dans sa première version ni Bruno ni Galilée. Suite à l’intervention indignée d’un lecteur auprès de l’éditeur il y a deux ou trois ans, les noms de Bruno et Galilée apparaissent désormais, mais encore de façon bien allusive (cf. https://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-bellarmin/). Comme quoi, que ce soit pour la condamnation de Bruno, celle de Galilée ou pour les crimes de pédophilie de l’Église aujourd’hui, la stratégie des grands prélats tels Jean-Robert Armogathe est toujours la même : le déni.

Jean-Pierre Castel vice-président du Cercle Ernest Renan

Le Cercle Ernest Renan reçoit le professeur Jean-Pierre Brach

La prochaine conférence du Cercle Ernest Renan aura lieu en présentiel et en visioconférence

le jeudi 25 novembre 2021 de 18 h à 20 h  sur le thème :

« Les courants ésotériques en Europe de la Renaissance au XIXe siècle   »

par Jean-Pierre Brach

les personnes intéressées par cette conférence et non membres du Cercle prendront contact en envoyant un courriel à : Cercle Ernest Renan [ernest.renan91@gmail.com]

Jean-Pierre Brach est directeur d’études à l’EPHE.

Les recherches de Jean-Pierre Brach ont porté et portent encore principalement sur l’histoire de la kabbale chrétienne, des spéculations arithmologiques, de la magie et (plus marginalement) de l’alchimie à la Renaissance (XVIe-XVIIe siècle).
S’y ajoutent, de date plus récente, des travaux consacrés aux modes d’interaction entre courants ésotériques occidentaux modernes et franc-maçonnerie, ainsi qu’à différents aspects de l’occultisme européen (XIXe-XXe siècle).
Dans ce contexte, une attention précise est portée aux échanges entre “ésotérisme” et culture(s) contemporaine(s), dans les registres théologique, littéraire, philosophique ou scientifique, que ce soit à propos des auteurs de la Renaissance (Guillaume Postel, Heinrich-Cornelius Agrippa) ou des magnétiseurs spiritualistes et occultisants (Jules-Denis Dupotet, les frères Gaston et Henri Durville), à titre d’exemple.

L’étude de thématiques fortement transversales, comme l’utilisation du “miroir magique” ou la référence au “corps subtil” (et d’autres), permet non seulement des comparaisons entre auteurs et écoles appartenant à des sphères linguistiques et culturelles différentes, mais autorise encore l’examen serré des revendications de filiation(s) traditionnelles(s) avec de nombreuses sources érudites antérieures, dont l’autorité est fréquemment invoquée, fantasmatiquement ou non, selon les cas.

Enfin, la prise en compte d’une documentation globale dont la forme comme le contenu antédatent largement, pour une bonne part, l’apparition dans les principales langues européennes du terme d'”ésotérisme” (et donc de la catégorie conceptuelle à laquelle celui-ci renvoie pour nous), contraint à s’interroger sur les canaux thématiques et les vecteurs langagiers propres, dans ces conditions, à l’expression des problématiques en question.
Une telle situation constitue en outre une obligation supplémentaire de s’appesantir sur leurs modalités de présence au sein des différentes cultures européennes, ainsi que sur leur articulation idéologique aux différents ordres du savoir, y compris l’esthétique et l’histoire de l’art.

L’existence de multiples groupements et/ou milieux spécialisés, la fréquence croissante du leadership féminin, l’insistance sur les aspects de l’ésotérisme liés à la sexualité et au corps, les relations avec le consumérisme et la montée en puissance des médias populaires et des supports numériques, sont autant de facteurs qui incitent à des approches croisées ainsi qu’à la mobilisation d’outils méthodologiques relevant, outre l’histoire, de disciplines telles que la sociologie, l’anthropologie, les ritual studies et d’autres encore.
Tout ce qui précède contribue évidemment à la constitution – en train de s’opérer sous nos yeux à l’échelon mondial – de l’histoire des courants ésotériques européens modernes en une authentique spécialité académique à part entière.

Le CER reçoit le professeur Jean Seidengart

La prochaine conférence du Cercle Ernest Renan aura lieu en présentiel et en visioconférence

le jeudi 18 novembre 2021 de 18 h à 19 h 30  sur le thème :

« La question des limites de l’univers au siècle des Lumières  »

par Jean Seidengart

à propos de son ouvrage paru aux Belles Lettres en janvier dernier : « L’Univers infini dans le monde des Lumières ».

les personnes intéressées par cette conférence et non adhérentes au CER peuvent envoyer un courriel à l’adresse suivante : ernest.renan91@gmail.com

L’Univers infini dans le Monde des Lumières s’inscrit dans le prolongement de l’ouvrage de Jean Seidengart intitulé : Dieu, l’Univers et la Sphère infinie (2006). Dans ce dernier, il s’agissait d’élucider pourquoi et comment l’idée d’univers infini avait réussi à s’imposer largement en quelques décennies à l’aube de la science classique, alors qu’elle avait été rejetée durant plus de deux millénaires. Aussi était-il devenu absolument nécessaire d’innover et de former très précisément une nouvelle acception du concept d’infini afin de ne pas appliquer l’attribut « infini » de manière univoque à Dieu et à l’univers. Le présent ouvrage poursuit le cours de cette investigation à partir du moment où Newton parvint à établir les fondements mathématiques de la physique classique et à proposer une nouvelle image du monde qui s’imposa très largement dans toute l’Europe savante durant les deux siècles suivants. Malgré les aspects très novateurs de la mécanique classique, les différentes cosmologies d’inspiration newtonienne pouvaient encore s’accorder assez globalement avec les enseignements de la métaphysique classique. Pourtant, on assiste à un net affaiblissement progressif des arguments traditionnels en faveur d’un univers infini existant en acte. C’est pour cette raison que le titre de cet ouvrage dénote un écart assez important avec le livre le plus célèbre d’Alexandre Koyré non pas sur le plan de la révolution cosmologique des XVIe et XVIIe siècles, mais sur la suite des aboutissants de ladite révolution qu’il n’a pas eu le temps de traiter et de mener à bien.

Le CER reçoit le philosophe Yannis Constantinides

Après un mois d’octobre consacré à l’Assemblée Générale du Cercle Ernest Renan et à la programmation des conférences à venir, nous sommes heureux de vous annoncer la conférence de reprise des travaux.

La prochaine conférence du Cercle Ernest Renan aura lieu le mercredi 10 novembre 2021 de 17 h 45 à 19 h 30  en visioconférence sur le thème :

 Langage et réalité” 

par Yannis Constantinides

si vous n’êtes pas membre du CER mais intéressé par cette conférence merci d’envoyer une demande d’accès à l’adresse mail suivante : Cercle Ernest Renan [ernest.renan91@gmail.com]

 

LISTE PRÉVISIONNELLE DES PROCHAINES CONFÉRENCES DU CER

En présentiel (lieux à préciser) et en visio :

  • Le jeudi 18 novembre 2021 par Jean Seidengart
    « L’univers infini : une idée en grave difficulté à l’époque des Lumières après son triomphe au siècle précédent ». A propos de son ouvrage paru aux Belles Lettres en janvier dernier : « L’Univers infini dans le monde des Lumières».
  • Le jeudi 25 novembre 2021 par Jean-Pierre Brach
    « Les courants ésotériques en Europe de la Renaissance au XIXe siècle »
  • Le jeudi 9 décembre 2021 par Alain Houziaux
    « Job et le problème du mal ».
  • Le jeudi 16 décembre 2021 par Roberte Hamayon
    “Qu’est-ce que croire vu par l’anthropologue”
  • Le jeudi 13 janvier 2022 par Christophe Grellard, anthropologue
    « Peut-on se passer de croyances ?».
  • Le jeudi 27 janvier 2022 par Eric Saunier
    « La franc maçonnerie et le catholicisme : des Lumières au début de la IIIe république (1725-1877)
  • Le jeudi 10 février 2022 par Henri Peña Ruiz
    «  Laïcité »
  • Le jeudi 24 février par Dominique Vibrac (?)
    « Positions en présence concernant le problème du Jésus de l’histoire ».
  • Le jeudi 10 mars 2022 par Jacques-Olivier Boudon
    « Napoléon et les cultes »
  • Le jeudi 31 mars 2022 par Philippe Borgeaud
    « Aux origines des religions »
  • Le jeudi 14 avril 2022 par Jean-Claude Resweber
    « Le dieu de Levinas ».